En Suède, l’ « autonomisation » et « privatisation » du système scolaire a été un désastre de l’aveu du gouvernement suédois

Dans Solidarité Internationale PCF

sweden_education_and_international_schools.jpg

En Suède, l’ « autonomisation » et « privatisation » du système scolaire a été un désastre de l’aveu du gouvernement suédois.

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

On connaît le « modèle » nordique tant vanté. Tandis que le système éducatif danois décentralisé, autonomisé s’effrite, celui suédois largement privatisé s’effondre. Un avertissement pour les partisans d’une « refondation » de l’école allant dans cette voie.

« Je pense qu’on a fait une confiance trop aveugle dans le fait que les écoles privées seraient une garantie d’une meilleure qualité éducationnelle », déclarait en décembre le président du Comité parlement sur l’éducation, Tomas Tobe, membre du Parti modéré (centre-droit).

Même son de cloche pour le ministre de l’Education (de droite) Jan Bjorklund qui remet désormais en cause la privatisation entamée il y a vingt ans, tandis que le Parti vert – lui aussi favorable à la privatisation – publie son mea culpa : « pardonnez-nous, notre politique a détruit nos écoles ».

D’où viennent ces déclarations dignes d’une défaite militaire majeure ?

Un constat partagé : la chute du niveau des élèves suédois

Le déclic, ce furent l’annonce des tests PISA en décembre 2013. Première nation dans le classement européen à la fin des années 1990, la Suède a vu ses résultats chuter en-dessous de la moyenne de l’OCDE, distancé même par la Lettonie ou la Slovaquie.

Pour une moyenne dans l’OCDE autour de 500, les enfants suédois de 15 ans n’ont réussi que 478 en mathématiques, 483 en lecture et 485 en sciences. Une perte en dix ans de 32 points en maths, 33 en lecture, 28 en sciences naturelles. Aucun autre pays n’a connu une chute aussi vertigineuse

A titre de comparaison, la France tant décriée la devance partout : en mathématique (495), en lecture (505), en sciences (499).

Une cause indéniable : la « privatisation » des années 1990

Tous les acteurs sont d’accord, c’est l’ensemble du modèle éducatif façonné au début des années 1990 qui est en cause. Un modèle conçu par la droite, approfondi par la social-démocratie, sur la base des idées ultra-libérales sur la « liberté d’éducation » de Milton Friedman.

La réforme va s’articuler en deux temps, révélateurs en soi.

D’abord, en 1988, le passage d’un système public national, centralisé à un système décentralisé, basé sur l’ « autonomie » des écoles. C’est le préalable nécessaire à la privatisation, martelé actuellement en France, notamment par le rapport de la Cour des comptes publié l’an passé.

Puis entre 1992 et 1994, l’autorisation des « écoles indépendantes » gérés par des acteurs privés – associations, groupes religieux, entreprises – mais avec financement public. Les parents ont la « liberté d’éducation » totale entre les écoles publiques, ou entre établissement public et privé.

Les écoles privées se voient garantir non seulement une égalité de subventions, au nombre d’élèves inscrits, mais les parents bénéficient aussi d’un « chèque éducation » (skolpeng) indépendant du type d’école choisi. Enfin, ces « écoles indépendantes » peuvent aussi lever des fonds privés.

La mise en place de ce système, radicalement contraire à l’esprit de l’éducation en Suède, a été possible par la logique de « co-gestion à la suédoise » louée par nos dirigeants (du PS au MEDEF) : les syndicats ont avalé la réforme, le Parti social-démocrate l’a mise en place après 1994.

Il faut dire qu’on avait vendu du rêve. L’éducation resterait gratuite, il n’y aurait aucune sélection à l’entrée, la concurrence augmenterait la qualité et baisserait le coût pour les administrations.

Et surtout les parents et les enseignants, associations et syndicats pourraient « auto-gérer » leurs écoles grâce à l’autonomie, ce qui laissait entrevoir l’introduction de méthodes pédagogiques innovantes, une meilleure relation entre le corps éducatif et les parents d’élèves.

Vingt ans après, le constat est sans appel, partagé par la quasi-totalité des chercheurs – nous reprenons ici certaines données du rapport réalisé par Susanne Wiborg pour l’Institut d’Education de l’Université de Londres (« Swedish free schools : do they work ? ») mais aussi désormais par les agences gouvernementales suédoises chargées d’évaluer le système, ainsi que la presse économiste.

On peut résumer le désastre en 4 points :

1 – Une baisse de la qualité du service

Augmentation de la quantité de l’offre, mais baisse de la qualité du service : oui, les parents suédois ont désormais plus le « choix ». Les « friskolor » (école indépendante) sont désormais au nombre de 900 dans tout le pays.

En 1988, seules 1 % des enfants étaient scolarisés dans le privé, c’est le cas de 25 % d’entre eux en 2013, dont la moitié des lycéens de Stockholm.

L’impact sur la qualité de l’éducation est mesurable nettement à la chute des résultats atteints lors des tests internationaux, faisant passer la Suède d’une place de numéro 1 européen à celle d’un des derniers pays du continent.

Des résultats qui passent inaperçus évidemment dans les tests nationaux – contrôlés par les chefs d’établissement enclins à gonfler les notes dont dépend leur évaluation – ni dans les notes qui ont basculé de notes « chiffrées » à des notes par « compétences ». On connaît la chanson.

Enfin, c’est le recrutement du corps enseignement qui est chamboulé, sur contrat, sans concours pour les enseignants du privé : cela conduit à une course vers le bas des conditions salariales, une soumission conformiste à des chefs d’établissement devenus « managers », une baisse de la qualité du personnel recruté.

Les statistiques révèlent des enseignants du privé moins expérimentés (6 années de pratique contre 18 dans le public), moins diplômés, avec un turn-over massif, le tout aux conséquences sur la qualité de enseignement prodigué.

L’Inspection des écoles suédoises a jugé très durement les « écoles privées » en 2012, elle a estimé que le groupe danois JB n’ « assurait pas une qualité suffisante, ne faisant rien d’autre pour les élèves que leur faire passer des examens ».

Elle a critiqué Prakstika Sverige AB, qui a en chage 5 000 élèves, « au vu du nombre d’enseignants temporaires sans le niveau d’étude minimal, sans accès à des bibliothèques, infirmeries adéquates ». Elle a ordonné la fermeture d’un établissement, et des corrections immédiates pour 30 autres.

2 – Plus de ségrégation sociale

Une ségrégation rampante, une sélection insidieuse mais « libre » : c’est l’hypocrisie ultime du système éducatif suédois qui prétend concilier « liberté » (de choix pour les parents, d’entreprendre pour les patrons) et « égalité » (de traitement entre public et privé, pour les enfants).

Sans surprise, la « liberté d’entreprendre » a conduit à la floraison des écoles indépendantes … là où il y a de l’argent, dans les quartiers aisés de Stockholm, Goteborg ou Malmo, où les parents choisissent les « écoles indépendantes » qui leur garantissent l’entre-soi entre classes supérieures.

Toutes les études montrent la mise en place d’une ségrégation installée, basée d’abord sur des critères économiques – les quartiers populaires se retrouvent face à une offre publique plus réduite – , laissant également de côté les populations immigrées.

Ainsi, pour la chercheuse Susanne Wiborg : « la concurrence des écoles indépendantes est loin d’être la panacée. Malgré ses 1 000 nouvelles écoles, ses 150 000 étudaints, le résultat : ce sont des notes scolaires guère meilleures, mais aussi des coûts plus élevés et une plus grande ségrégation ».

L’étude ciblée des chercheurs Eva Andersson, Bo Malmberg and John Östh de l’Université de Stockholm (« The changing geography of the Swedish school system ») est sans appel :

la « liberté de choix » a conduit à une ségrégation accrue, concentrant des quartiers aisés, blancs, une offre éducative non pas de meilleure qualité mais attractive par l’entre-soi proposé. A l’autre bout de la chaîne, les quartiers pauvres, à forte proportion immigrée, souffre d’une ghettoisation, de la spirale vicieuse de l’échec scolaire, la faible attractive pour les parents, du décrochage social.

Un constat qui trouve une certaine confirmation dans les résultats des élèves : alors que le public obtenait des scores de 515 dans les tests PISA en 2000 contre 505 pour le privé, en 2009, le public à 490 en 2009 tandis que le privé atteignait un score de 520.

Il n’est pas difficile de voir que les meilleurs élèves du système éducatif public – souvent associés aux classes aisées – ont migré vers le système privé … même si les « intérêts privés » débouchent sur une chute de l’ « intérêt général », comme le montre la dégringolade globale !

3 – Les coûts pour le public, les profits pour le privé !

Des coûts qui augmentent … et des profits privés qui explosent. Les enquêtes officielles aiment à préciser que les « écoles privées » coûteraient un peu moins cher – 8 % de moins – aux contribuables que celles « publiques ».

Elles oublient de préciser que ces 900 écoles sont nées de la décomposition du secteur public, sorties de nulle part, et qu’elles ont financées largement par le contribuable pour alimenter des profits largement privés.

L’État a donc créé une concurrence artificielle, déloyale, faussée, payée par tous, pour tuer son propre système.

En une dizaine d’années, une série d’entreprises ont fait leur apparition dans le secteur, guidées par l’appât du gain. Selon le Ministère de l’éducation, le chiffre d’affaires annuel du secteur éducatif privé s’élève à 3 milliards d’euros. Un marché lucratif.

4 – Les « fonds vautour » plutôt que les coopératives promises

Les fonds d’investissement privés vautours dominent le secteur. Le gouvernement, les syndicats avaient promis il y a 20 ans l’avènement des « écoles-coopératives » gérées par les parents, les enseignants, si ce n’est les élèves eux-mêmes.

On en est très loin : en 2013, deux-tiers des établissements sont gérés par des entreprises lucratives, 90 % des lycées (là où le taux de rentabilité est maximal, à l’approche de l’université!).

Le géant du secteur, c’est « Acade Media » avec ses 50 000 élèves, une filiale de « EQT », un des plus grands fonds d’investissement privés d’Europe du nord, avec un capital levé de 20 milliards d’euros. « Acade Media » génère 100 millions de profits par an, 1 milliards de chiffre d’affaire.

Ses concurents portent le nom de FSN Capital, The Riverside Company, TA Associates, Bure Equity ou Investor AB : tous contrôlent une chaîne d’établissements à travers le pays, tous sont des fonds d’investissement guidés par la seule rentabilité.

Or, ce marché lucratif tend à voir son taux de profit baisser : un quart des établissements privés connaissent des pertes, le risque d’insolvabilité a augmenté de 188 % depuis 2008, 25 % de plus que les autres entreprises suédoises.

En 2011, JB Education – contrôlé par le fonds d’investissement danois Axcel – a fait faillite, conduisant au licenciement de 1 000 enseignants, laissant 11 000 étudiants à la porte, avec 120 millions d’euros de pertes envers les banques et ses fournisseurs.

Vers une re-nationalisation ? Les suédois d’accord, même le patronat commence à faire machine arrière.

L’ampleur du désastre a contraint les pouvoirs publics à réagir, tout du moins à faire des effets d’annonce. Le ministre de l’Education de droite Bjorklund a dit que les résultats PISA étaient « le clou que referme le cercueil des vieilles réformes scolaires ».

Bien sûr, la droite accuse les sociaux-démocrates. Mais elle ne propose rien de mieux qu’un pansement sur une jambe de bois : ne rien toucher aux investisseurs actuels, mais forcer les prochains à gérer les écoles au moins de dix ans, de façon à freiner l’arrivée des fonds vautours.

Une hypocrisie sans nom quand on sait que le ministre Bjorklund a proposé l’an dernier de transformer les universités publiques en fondations, pour leur permettre de lever d’importants fonds des grandes entreprises privées. La porte ouverte à la privatisation de l’éducation supérieure.

En tout cas, les Suédois, eux, sont loin de ces calculs politiciens. Quand on leur pose la question : « faut-il que l’Etat reprenne en main l’ensemble du système scolaire ? », 61 % des Suédois disent oui à la re-nationalisation, seuls 12 % sont pour rester au système privatisé.

Bien significatif des contradictions inhérentes à la classe dirigeante, la mise en garde du patronat – poussant pourtant à la libéralisation de l’enseignement supérieur, de la santé – par la voie du responsable à l’Education de la Confédération des entreprises suédoises (Svenskt Naringsliv), Tobias Krantz :

« Il y a une concurrence mondiale, et que nos résultats sombrent en maths, c’est inquiétant (…) Quand nos entreprises vont décider où elles vont investir, et qu’elles vont vouloir des employés compétents, la Suède sera moins attractive si nos écoles continuent à s’effondrer ».

L’ « Etat-providence » suédois tant loué pendant des années par le Parti socialiste ici – ou par la presse patronale, parfois pour son taux de syndicalisation (sic) –, cet « Etat social » a été largement démantelé dans les années 1990 et 2000, accompagné par la « co-gestion ».

Conséquences : son éducation est en ruines, sa santé largement privatisée ne se porte pas mieux, tandis que le développement des assurances santé et retraite privées ont alimenté de puissants fonds de pension et d’assurance qui partent à l’assaut des marchés européens.

En tout cas, pour nous, parents, enseignants, étudiants français : vigilance devant les mirages étrangers qu’ils soient suédois, allemands, danois ou britanniques, notre système éducatif public, national – quoique sous-financé – et hérité du plan Langevin-Wallon de 1947 reste un repère idéal et un rempart concret contre les ambitions des vautours privatiseurs.

Advertisements
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s