Total, encore Total, attention, il s’infiltre dans toutes les écoles !

Ensortantdelecole : Et on me demande encore pourquoi j’ai démissionné ?!? Soulevez-vous, bonnes gens, soulevez-vous ! «Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux : levons-nous ! » * ! Révolution maintenant !

Dans Terraeco

A l’école, Total dispense la leçon pour gagner des bons points

A l'école, Total dispense la leçon pour gagner des bons points
(Crédit photo : BiblioArchives – flickr)
Le géant de l’industrie du pétrole et du gaz fait le tour des écoles, collèges et lycées pour « enseigner » les énergies de demain. Sous couvert de neutralité, le groupe oublie certains sujets polémiques.
Mise à jour le mardi 16 juillet : L’Association des maires ruraux de France demande l’ouverture « urgente » d’une conférence sur le financement de la réforme des rythmes scolaires, accompagnée à hauteur de 4 millions d’euros par le groupe Total, lit-on sur le site d’informations Localtis.

Le fils de Julien, élève de CM2 à Pau (Pyrénées-Atlantiques), a reçu l’an dernier Les Lettres de mon moulin, d’Alphonse Daudet. Avec le logo de Total en quatrième de couverture. Une opération de mécénat de la compagnie pétrolière menée pendant deux ans dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme.

Cette année, le petit garçon est revenu avec une bande dessinée Alerte sur Ooxia, une histoire d’aventures dont les héros sont en quête de « l’énergie miracle ». En bas de la couverture, Julien voit marqué « Planète énergies ». En tapant ces deux mots sur Internet, le père de famille découvre qu’il s’agit d’un site pédagogique, « initiative » de Total.

Des interventions pédagogiques sur l’énergie chez « Total city »

Il apprend ensuite que son fils a aussi eu droit à une conférence (dite « intervention pédagogique ») sur le thème des énergies, proposée par la même structure, gratuitement.

Julien s’en est plaint au directeur de l’école, d’autant qu’il n’avait pas été prévenu, et qu’à Pau, où est installé un important centre de recherche, c’est un peu « Total city » : le maillot de rugby de son fils porte déjà le logo de la compagnie, qui sponsorise le club. Mais l’école, c’est sacré : « Total n’a rien à faire à l’école primaire. C’est de l’entrisme. Moi je leur demande juste de me vendre de l’essence. A quand Servier expliquant le corps humain et Monsanto l’agriculture ? »

Si 800 000 écoliers se sont vu offrir Les Lettres de mon moulin en 2012 et les Contes de Perrault en 2011 par Total dans le cadre du « livre de l’été », la BD est un « accident » spécifique à cette école. En effet, Ooxia, publiée en 2006, était un cadeau offert sur les aires d’autoroutes, et pas dans les écoles.

« Pas du tout dans la promotion du groupe »

Prévenue, la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) du département explique que « quelqu’un a dû en retrouver un carton dans un grenier et l’a distribué aux enfants », alors que le livre était destiné aux adolescents. Quant aux conférences, le président de l’association locale de parents d’élèves, Dominique Rousselet, n’est « pas au courant ».

Planète énergies a pourtant réalisé 250 interventions dans les écoles sur l’année scolaire 2011-2012, du CM1 à la terminale. Contactée, l’équipe du site nous explique son positionnement : « Nous ne sommes pas du tout dans la promotion du groupe. Par exemple, Total ne fait pas d’éolien, mais on en parle quand même. Nos kits pédagogiques sur le solaire sont réalisés par des éditeurs. Si nous n’étions pas affranchis de la promotion, la confiance des profs serait rompue. »

A y regarder de près, on voit que l’« entrisme » progresse avec l’âge des enfants. Ainsi, aux CM1/CM2, les experts Total parleront « énergies fossiles et renouvelables et développement durable », aux collégiens « gisements d’hydrocarbures, énergies renouvelables et développement durable », et à partir de la troisième et du lycée il s’agira de « la découverte de l’entreprise et de ses métiers ». Les grands n’ont pas l’air de s’en plaindre, selon les vidéos réalisées par Total.

Intervention en classe des experts Total

La diffusion d’articles de La Recherche ou de dépêches de l’AFP donnent une caution de neutralité au contenu. Conformément à la loi, le site répète « l’énergie est notre avenir, économisons la ». Il n’ose pas non plus mentionner la controverse sur les gaz de schiste.

Un discours « très ambivalent »

Mais au chapitre « les énergies demain », Total prend des gants en disant : « Le nouveau mix énergétique combinera énergies fossiles et renouvelables. » Julien, qui ne se fait « aucune illusion sur le souci qu’a Total de l’environnement » trouve en effet le discours de Planète énergies « très ambivalent » : « Ils ne disent pas que la fracturation hydraulique est interdite en France, parlent de la marée noire sans évoquer l’Erika… Moi qui me bats contre les marques avec mes enfants, je sais que celles qu’ils découvriront à l’école, ils les trouveront sympathiques. »

Pour lui, les profs pourraient réagir. Comme le fait Sud Education au sujet d’une autre action : l’accord-cadre signé entre Total et l’Etat « en faveur de la jeunesse », doté de 16,7 millions d’euros. Dans cette enveloppe, 4 millions d’euros doivent assurer le développement d’activités éducatives et culturelles en dehors du temps scolaire, notamment en accompagnant la réforme des rythmes éducatifs dans le premier degré.

Une privatisation de l’Education nationale ?

Sud dénonce une privatisation rampante du service public, « une gestion à coûts mini du temps périscolaire par le biais des municipalités qui auront la lourde tâche de gérer l’improvisation et le manque de moyens entre bénévolat et donations privées ».

A la fondation Total et au cabinet de Valérie Fourneyron, la ministre de la Jeunesse, on nous indique que l’argent financera « le fonds d’expérimentation pour la jeunesse », des projets innovants qui, s’ils deviennent pérennes, plus tard, seront financés par l’Etat. S’il n’y aura « pas de branding Total sur les actions », l’entreprise, par le biais de sa fondation, « participera à la sélection des projets », dans le cadre de « la relation de confiance entre Total et l’Etat ».

Des entreprises qui financent des projets publics à destination des jeunes, cela arrive tout le temps et depuis longtemps, mais au cabinet de la ministre on concède que « pour ces montants-là, ce n’est pas banal ».

*On attribue à tort la citation suivante à La Boétie : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » Il s’agirait en fait d’une phrase de Pierre Victurnien Vergniaud prononcée lors d’un de ses discours en 17928. La citation est par ailleurs apocryphe ; voici la version originale : « Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux : levons-nous ! » (Wikipedia…désolée)

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s