Education : ce qui va changer à la rentrée

Dans Libé Education

Education : ce qui va changer à la rentrée (en rouge, mes commentaires)

11 avril 2013 à 12:19
Rentrée scolaire dans une primaire de Marseille, en septembre 2012.

Rentrée scolaire dans une primaire de Marseille, en septembre 2012. (Photo Jean-Paul Pelissier / Reuters)

Création de postes, une école pour devenir prof, tour de vis sur la carte scolaire… Le ministère vient de publier la circulaire de rentrée 2013.

Par M.P

La prochaine année scolaire sera «une année de transition», a averti le ministre de l’Education Vinent Peillon qui publie ce jeudi la circulaire de rentrée 2013 (voir le document en bas de l’article). Voici, dans les grandes lignes, ce qui va changer :

6 770 créations de postes

Sous l’ère Sarkozy, 80 000 postes avaient été supprimés. Changement de cap. Pour la première fois en six ans, de nouveaux postes sont créés : 3 000 dans le primaire (maternelle et élémentaire) et 3 770 dans le secondaire. Auxquels s’ajoutent 350 nouveaux emplois d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) et 50 assistants sociaux. Dans sa circulaire, le ministre promet : «Tous les départs définitifs d’enseignants seront remplacés et 60 000 postes seront créés sur la durée du quinquennat.»

Une école pour devenir enseignant : les ESPE : en quoi changent-elles des IUFM ? De quoi seront faites les formations ?

C’est le retour de la formation des profs, livrés à eux-mêmes depuis la fameuse réforme de masterisation tant décriée par le corps enseignants. A la rentrée vont s’ouvrir des «écoles supérieures du professorat et de l’éducation» (Espe) placées sous la responsabilité de l’ensemble des universités d’une académie. Ce qui devrait permettre aux nouveaux profs de ne plus être parachutés en classe sans expérience mais d’apprendre au préalable à transmettre des connaissances et gérer une classe.

Tour de vis sur la carte scolaire

Vincent Peillon l’avait annoncé, il veut revenir sur l’assouplissement de la carte scolaire voulu par Nicolas Sarkozy. Depuis 2008 en effet, les parents peuvent plus facilement obtenir des dérogations à la règle de l’affectation dans le collège-lycée de leur zone géographique. Peillon veut plus de «mixité sociale» dans les établissements mais les modalités de la réforme n’ont pas encore été décidées. En attendant, pour la rentrée 2013, les directeurs ne traiteront plus prioritairement les demandes de dérogation formulées sur la base du motif «parcours scolaire particulier» (du genre : une option rare), qui servent trop souvent à éviter l’établissement de secteur. Ce motif, trop souvent utilisé pour contourner la carte scolaire, sera pris en compte en dernier parmi les critères de dérogation.

Pour aller plus loin : Interview de Vincent Peillon «Il faut changer les façons d’enseigner et les mentalités» – Et une analyse (publiée en mars 2012) : «Carte scolaire, sombre bilan de Sarkozy»

Changement de rythme à l’école : seulement 25% d’élèves passeront aux nouveaux rythmes scolaires en septembre 2013 ! Pourquoi ? En quoi les nouveaux rythmes, qui maintiennent les élèves à l’école autant d’heures par jour que maintenant, plus une demi-journée par semaine, amélioreront la qualité de vie des enfants ? Comment profiter des trois quart-d’heures « efficacement » ? A-t-on le temps d’emmener les enfants en visite d’un musée, d’un jardin, de faire une sortie quelle qu’elle soit en 3/4 d’heures ? Peillon parle d’améliorer les relations entre enseignants et animateurs, moi je trouve ça super, mais il faut mettre tout le monde à la table, dégager du temps aux enseignants et aux animateurs pour qu’ils choisissent, ensemble, ce qui est bon à faire ensemble, comment s’organiser, etc, plutôt que de les pousser à cette réforme, en six mois, sans réel temps de concertation entre eux, non ? Il y a des moyens financiers, 250 millions d’euros, super, mais réorganiser le temps des gens ça ne se fait pas en six mois si on veut que ça se passe bien… et les moyens humains, intellectuels, etc, où sont-ils ? Si on voulait vraiment améliorer la vie scolaire des enfants, on ne construirait plus d’écoles sous les périphériques, on mettrait des jardins dans chaque école, on permettrait que les enseignants puissent emmener leurs élèves en sortie sans leur prendre la tête avec la paperasse, on leur permettrait de faire venir dans leurs classes tout un tas de gens qui parleraient de leurs métiers, de leur vie… Si on mettait par exemple les moyens financiers sur la reconstruction des écoles en lieux ouverts, verts, naturels, sans sonnerie d’usine, et encore plein d’autres choses à inventer, ça améliorerait certainement le cadre de vie des enfants, non ?

Près d’un élève sur quatre adoptera la semaine de quatre jours et demi (journées réduites en moyenne de 45 minutes, 3 heures par semaine d’activités péri-éducatives à la charge des communes). L’objectif est de faire cours aux heures où les enfants sont plus réceptifs, pour améliorer leurs résultats. Les autres écoliers doivent changer de rythmes à la rentrée 2014.

Carte interactive : «Passerez-vous au quatre jours et demi en 2013 ?»

Lutter contre l’échec scolaire : il faut prendre en compte le fait que scolariser les enfants de moins de trois ans est un autre métier que celui d’enseignant ! S’occuper des enfants de moins de trois ans gratuitement, oui et mille fois oui, mais les « scolariser » ? Tant que l’école est ce qu’elle est, je pense que non. Les scolariser pour « les préparer à l’élémentaire » ? Non et mille fois non ! Il faut une formation spéciale aux enseignants des tout petits ! L’enfant de deux ans a tellement des milliards de choses à découvrir, il en est au balbutiements du langage, il faut qu’il puisse avoir le temps de s’épanouir avant d’être « scolarisable » !!! J’espère que le but n’est pas de stresser les enfants de plus en plus petits pour les faire rentrer dans le moule !

«L’éducation prioritaire devra bénéficier d’une attention particulière dès la rentrée 2013, indique la circulaire. Les établissements les plus en difficulté devront continuer à être soutenus par des moyens importants.» En pratique, cela se traduira à la rentrée par la relance de la scolarisation avant l’âge de trois ans dans les zones défavorisées. Et la mise en oeuvre de la règle «plus de maîtres que de classes», qui permettra de faire intervenir par exemple deux maîtres dans une classe en même temps, ou de travailler par moments en petits groupes. Quid des RASED ??

Concernant la lutte contre le décrochage scolaire, l’objectif pour la rentrée 2013, est d’aider «20 000 jeunes à s’inscrire dans un parcours de réussite». Un référent «décrochage scolaire» sera par ailleurs désigné dans chaque établissement connaissant un fort taux d’absentéisme. Comment sera formé ce référent ??

Lire la circulaire de rentrée 2013 :

135317994-Circ-Ulaire

Publicités
Cet article a été publié dans La refondation de l'école en question, Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s