Défendre les classes découverte

Reçu par mail…

Classes découvertes, plusieurs Infos.

1)     Un CR de la rencontre avec Colombe Brossel

Le 29 novembre 2012 22:03, Nadia Pason a écrit :

Bonjour,

voici un petit compte-rendu de l’audience accordée par Colombe Brossel, adjointe au maire de paris chargée des questions d’éducation aux organisations signataires de la lettre envoyée en juin concernant la baisse du budget classes découvertes ( CGT, CNT, FCPE, FO, SNUIPP, UNSA, SUD).
Étaient présents la CGT, la CNT, la FCPE, FO et le SNUIPP, ainsi queThomas Roger, le conseiller éducation du maire, Roselyne Martel, nouvelle sous directrice de la DASCO, et 3 personnes qu’elle n’a pas jugé important de nous présenter.
Nous avons répété ce qui est dit dans le courrier envoyé en juin : notre attachement au dispositif des classes découvertes pour leur intérêt pédagogique, notre dénonciation de la baisse de 3,2 millions d’euros du budget sur 3 ans. Cette économie représente une goutte d’eau pour le budget de 7 milliards de la ville, alors qu’elle est vivement ressentie sur le terrain.

Mme Brossel a reconnu cette baisse en expliquant qu’elle s’accompagnait d’un recentrage sur les écoles « ZEP REP et assimilées » (73% des départs du 2ème trimestre sont des classes ZEP), à quoi il lui a été répondu que les fameux « donner plus à ceux qui ont moins » n’est pas valable de le cadre d’une baisse du budget, on est alors dans le « donner pareil à ceux qui ont moins en prenant à ceux qui ont plus » (et l’intérêt pédagogique des classes découvertes existe aussi pour les enfant des classes moyennes ou supérieures). Par ailleurs, il lui a été rappelé que, ZEP ou pas, c’est bien l’ensemble des élèves de CE2 et de CE1 qui sont déjà défavorisés par cette coupe budgétaire.

Elle a également dit que c’était un choix budgétaire pour favoriser d’autres projets, sans vraiment préciser lesquels…

Elle nous a également informé que les critères de sélection ne tiendraient plus uniquement compte des classements des ICC, mais également des précédentes classes obtenues par les écoles et par les enseignants? Nous lui avons rappelé que c’étaient les enfants qui partaient plus que les enseignants (tout le monde a longuement argumenté sur cette question, je ne rentre pas dans le détail).

Nous avons dit qu’il fallait partir des besoins et non faire du bricolage pour partager la misère (je résume).

Mme Brossel a également dit que la mairie donnait de l’argent à l’OCCE pour aider au financement des classes autogérées (250 000€). On lui a rappelé qu’on était bien loin des 3,3 millions d’euros perdus, et que contrairement à ce qu’elle avançait, les instits qui faisaient le choix de partir en classe hors catalogue seraint sûrement content d’avoir une offre adaptée mais équivalente en terme de financements et de qualité, plutô que de passer des centaines d’heures sup bénévoles à organiser leur séjour et à essayer de le financer.

Voilà, en gros, c’était un dialogue plutôt stérile, nous n’avons pas eu le sentiment d’être entendus. Mme Brossel a terminé l’entretien en se félicitant de la politique éducative de la ville de Paris. Nous, nous ne l’avons pas félicitée.

Le budget est voté le 10 décembre, il va falloir essayer de nous faire entendre un peu plus fort, à vos pétitions!

Ce compte rendu n’engage que moi, j’espère ne pas avoir oublié ou déformé trop de choses.

Nadia (CNT éducation).

2)    la motion votée dans de nombreux conseils d’école

On peut utiliser l’adresse suivante : classesdecouvertes@yahoo.fr , pour recenser son école. A faire circuler.

Motion de conseil d’école

Le conseil d’école de l’école ………………… , réuni le ……………………… s’inquiète de la très forte diminution du budget consacré aux classes découverte, qui est déjà effective, qui doit se confirmer dans les années à venir. Cette diminution a déjà conduit à supprimer les séjours pour les classes de CE1, puis de CE2.

Enseignants et parents d’élèves, nous sommes très attachés à cette possibilité pour les enfants de tous les milieux de profiter de ces moments pédagogiques de grande qualité au cours desquels ils apprennent beaucoup.

Nous souhaitons que le prochain budget de la ville redonne toute sa place à ces séjours.

3) Le courrier de la FCPE et des syndicats de juin dernier (avec arguments).

À l’attention de Monsieur Delanoë, Maire de Paris

Copie à

-Colombe BROSSEL, Adjointe au Maire de Paris, chargée de la vie scolaire et de la réussite éducative.

-Hélène MATHIEU, directrice de la Dasco.

Objet : diminution de l’offre de classes découvertes pour les élèves du primaire à Paris.

Paris, le 18 juin 2012

Monsieur le maire,

Nous nous permettons de vous interpeller sur une situation qui nous étonne et nous inquiète, en tant qu’enseignants et parents d’élèves.

Depuis de nombreuses années, la mairie de Paris offre aux enfants scolarisés sur son territoire, la possibilité de profiter de classes découvertes variées, de grande qualité, à des tarifs abordables pour toutes les familles. De très nombreux enfants ont pu en bénéficier grâce à la politique volontariste et régulière de la Mairie de Paris. C’est une richesse exceptionnelle, en particulier pour les enfants issus de milieux populaires. C’est  la possibilité pour tous les élèves de donner du sens à leurs apprentissages, de s’ouvrir sur le monde et d’apprendre à vivre ensemble.

Depuis 1998, la durée des classes découvertes est passée de 15 jours à 12 jours, puis à 10 jours, le budget était à l’époque de 53 millions de Francs (plus de 8 millions d’euros) pour 550 classes de découverte. En 2011, environ 500 classes ont été proposées aux élèves, du CE1 au CM2. En 2012, seulement 380 classes figurent au catalogue. Les élèves de CE1 n’ont pu en bénéficier cette année. A la lecture du catalogue proposé pour la rentrée scolaire 2012-2013, les CE2 en seront privés également. Si cette baisse doit se poursuivre en 2013, la moitié du nombre de séjours sera supprimée en trois ans, et/ou leur durée sera réduite au point de rendre impossible un travail approfondi et une véritable découverte d’activités et de milieux différents. Ce choix est alarmant sur le plan éducatif et il ne permettrait qu’une économie de 3.3 millions d’euros sur un budget de 200 millions pour la DASCO et de 7 milliards pour la Mairie de Paris. Loin de minimiser les contraintes budgétaires qui sont les vôtres, nous ne pouvons nous résoudre à accepter que ces économies mettent en péril ce qui a pourtant été réaffirmé ces derniers temps : la jeunesse et les élèves sont la première priorité d’une société qui choisit le progrès.

Une éducation ouverte sur le monde, qui permette à chacun de vivre des expériences collectives enrichissantes au sein de l’institution scolaire, quels que soient son milieu social et son origine, est, nous le savons, une des  valeurs fondamentale que nous partageons.

Nous vous demandons, en conséquence, de considérer que ces classes découvertes ne sont pas une dépense mais un investissement pour l’avenir, et de leur redonner toute leur place dans le projet éducatif de la mairie de Paris.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à ce courrier et nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de notre considération.

Les syndicats :

CGT-Educ’Action 75, CNT-STE 75, SE-UNSA 75, SNUDI-FO 75, SNUipp-FSU 75, SUD-Éducation 75. L’association de parents d’élèves : FCPE 75

CGT-Educ’Action 75  3 r Château d’Eau 75010 Paris

CNT-STE 75  33 rue des Vignoles 75020 Paris

SE-UNSA 75  69 rue du Fbg St Martin 75010 Paris

SNUDI-FO 75, 131 rue Damrémont 75018 Paris

SNUipp-FSU 75  Bat A 11 rue de Tourtille 75020 Paris

SUD-Éducation 75  30 Bis rue des Boulets 75011 Paris

FCPE 75  14 rue Astorg 75008 PARIS

4)     Un dernier argument, la hausse des recettes de la Ville !

Cette année, la flambée immobilière devrait permettre à la Ville de capter 1,094 milliard d’euros de droits de mutation, un record historique (1,078 milliard en 2011 et seulement 647 millions en 2009). Un score lié à la situation du marché immobilier : à Paris, malgré le ralentissement de l’activité, les prix continuent d’augmenter. Plafonnant à 400 millions en 2001, les droits de mutation, excepté un trou d’air en 2008 et 2009, sont repartis à la hausse depuis deux ans. La capitale touche à elle seule l’équivalent des recettes des droits de mutation de l’ensemble des autres villes de France. ..Son taux d’endettement (ville et département) est à 39 % de ses ressources, bien moins que la moyenne nationale des grandes villes (89 %).

Rein ne justifie la baisse du budget des classes découvertes !

Advertisements
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s