[ecoleenlutteparis19] AG du 19ème lundi 3 décembre, et Appel de 331 enseignants et PVP réunis à l’initiative du SNUDI-FO Paris

 mobilisons-nous contre cette « pseudo-réforme »
  Venez en discuter, des réunions, à l’initiative d’enseignants, en inter-syndical, et ouvertes à tous, syndiqués ou non, ont commencé pour le 19ème:

La réforme des rythmes scolaires envisagée par le ministère de l’éducation nationale et soutenue par le maire de Paris ne propose qu’une dégradation des conditions de travail des personnels, enseignants ou non, pour un gain plus que discutable pour les enfants scolarisés.
PE,Instits, PVP, animateurs et personnels de la ville, nous sommes tous concernés.
Nous proposons donc d’établir un mot d’ordre de grève interprofessionnel commun afin de marquer notre refus unanime de cette réforme.
L’AG aura  lieu lundi 3/12/12 à l’école Henri Noguères, 18h-18h45 (la gardienne doit fermer à 19h), c’est au 10 de la rue Henri Noguères, un passage que vous reconnaitrez à son mur de « graffitis » entre le quai de Loire et l’avenue jean Jaurès

Antoine, école Mathis.

« Dans le moment budgétaire que nous vivons, nous demandons aux enseignants de revenir une demi journée de plus sans les payer »

Vincent Peillon le 21 novembre au Congrès des maires de France

Appel de 331 enseignants et PVP

réunis à l’initiative du SNUDI-FO Paris le 28 novembre 2012

Nous, 331 enseignants et PVP (Professeurs de la Ville de Paris) réunis le 28 novembre 2012 à l’initiative du SNUDI-FO 75, avons débattu du projet de réforme des rythmes scolaires que le ministre de l’Education nationale et le maire de Paris veulent imposer aux personnels enseignants et municipaux dès la rentrée 2013.

Nous refusons :

– de travailler une demi-journée supplémentaire : maintien de la coupure du mercredi ;

– l’annualisation de notre temps de service ;

– la confusion entre le scolaire et le péri scolaire ;

– qu’une partie de nos obligations de service dépende de la collectivité territoriale par la mise en œuvre du Projet éducatif local (PEL) municipal ;

– une nouvelle diminution de nos revenus imposée par le mercredi travaillé : frais de transport supplémentaires, frais de garde d’enfants, suppression de rémunérations complémentaires ;

– la remise en cause du recrutement des PVP, de leurs missions et garanties statutaires ;

Nous nous prononçons par conséquent

pour l’abandon immédiat et définitif du projet rythmes scolaires Peillon/Delanoë.

Les enseignants doivent demeurer des fonctionnaires d’Etat à part entière

Les PVP doivent rester des enseignants intervenant exclusivement sur le temps scolaire

Après avoir pris connaissance des premiers éléments de mobilisation et d’action commune des syndicats :

– plus de 1 350 signatures sur la pétition du SNUDI-FO pour l’abandon du projet ministériel ; plusieurs centaines de signatures sur la pétition du SNADEM en défense des PVP ; rassemblement avec les syndicats SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE unsa, Sud éducation et SNADEM de plus de 100 enseignants et PVP du 13ème à la mairie d’arrondissement…

– appel commun des syndicats parisiens SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-Unsa et Sud éducation se prononçant pour l’abandon du projet ministériel et dans lequel ils rappellent « que les obligations de service des enseignants doivent rester sous la seule responsabilité de l’État », demandent « que les PVP continuent à intervenir sur temps scolaire » et affirment qu’« aucune modification de l’organisation de la semaine scolaire ne doit être mise en place par la Mairie de Paris à la rentrée 2013 »…

nous considérons que pour exiger l’abandon du projet ministériel, tout doit être mis en œuvre pour établir le rapport de force, y compris par la grève.

Pour cela, nous appelons tous nos collègues :

-à adresser des prises de position d’école (enseignants et personnels municipaux) au ministre et au maire de Paris (voir propositions en pièce jointe)

– à informer les parents des conséquences du projet ministériel (voir en pièce jointe la proposition de lettre aux parents)

– à signer, s’ils ne l’ont pas encore fait, la pétition du SNUDI-FO

– à participer aux AG organisées par les syndicats sur la base de l’appel commun et au rassemblement au rectorat du mercredi 19 décembre

– à opposer aux autorités ministérielles, académiques et municipales leurs revendications précises en termes de respect des droits statutaires et d’amélioration des conditions de travail (rétablissement des classes et postes de RASED et de titulaires-remplaçants supprimés, recrutement des AVSi pour l’accompagnement des enfants handicapés, rétablissement des crédits « classes de découvertes », recrutement de PVP à hauteur des besoins, attribution d’une ASEM par classe en maternelle, amélioration des conditions d’accueil des élèves dans des locaux mieux entretenus, adaptés, insonorisés)…

Défendre l’ « intérêt de l’enfant » dont parlent tant le ministre et le maire, c’est avant toute chose exiger des autorités ministérielles, académiques et municipales qu’elles répondent sans attendre aux revendications des collègues.

Abandon du projet Peillon/Delanoë sur les rythmes scolaires !
Snudi Force Ouvri�re Syndicat de Paris http://snudifo75.net

Publicités
Cet article a été publié dans La refondation de l'école en question, Mobilisations, Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s