Introduire la coopération dans la pédagogie

Pour alimenter la réflexion : Un article intéressant… dans un site intéressant !
Dans le colibri

Introduire la coopération dans la pédagogie

L’école publique doit être le lieu où l’on apprend les enseignements fondamentaux mais sa mission civique est également de former des citoyens libres, éclairés et lucides qui sauront faire prévaloir les exigences de la raison et de la conscience face à l’état actuel de la Terre. Une éducation dans laquelle le pouvoir de chacun est au service de tous, avec au centre la coopération, peut faire se dessiner un « demain meilleur » comme étant la réunion des forces positives et constructives dont chacun de nous est pourvu. Pourtant aujourd’hui, l’école républicaine française connaît une crise de légitimité.

Qu’est ce que la coopération dans la pédagogie?

Les écoles publiques expérimentales, ou les écoles alternatives, hors contrat avec l’Etat, sont un moyen d’introduire dans le système scolaire de nouvelles valeurs de solidarité, de liberté, de respect, de partage, de tolérance, et de coopération. La pédagogie coopérative peut répondre aux problématiques sociales individuelles et collectives de nos sociétés modernes car elle vise à favoriser le développement de la personne et le fonctionnement des groupes, en créant un milieu de vie communautaire et une plus grande participation des enfants et des adolescents à leur processus d’éducation. Cette philosophie de l’instruction pose l’élève en acteur de ses apprentissages, capable de participer à l’élaboration de ses compétences en coopération avec l’enseignant, ainsi qu’une participation des parents à la gestion des institutions scolaires. La pédagogie coopérative peut alors minimiser le « chacun pour soi » devenu la norme, tant au sein du système éducatif, qu’au sein du système en général, et rendre hommage à la puissance de la solidarité et de la coopération, valeurs qui ont, depuis toujours menées le monde.

C’est à l’école et à l’éducation dispensée par la famille, les adultes proches et les professeurs de donner à l’enfant les services éducatifs dont il a besoin pour se développer selon toutes ses possibilités et de le préparer au monde dans lequel il va vivre. La pédagogie coopérative reconnaît à tout enfant le droit fondamental de vivre des expériences positives à l’école et vise à développer « l’estime de soi » en chacun, afin qu’ils grandissent sereinement et deviennent des adultes accomplis. L’élève conscient de son propre développement se découvre à lui-même afin de pouvoir, à terme, s’élever et s’épanouir au monde en même temps qu’il découvre l’autre, non pas dans un rapport ami/ennemi mais bien dans une relation coopérative de reconnaissance et de respect de l’autre. La pédagogie coopérative favorise l’éducation à la conscience, par l’apprentissage de la présence attentionnée tournée vers soi-même, vers les autres, et vers son environnement. Ainsi conscients de ses compétences et de celles des autres, enfants et encadrants, au service d’un projet commun, feront preuve d’une complémentarité élémentaire.

Les manuels scolaires d’histoire font l’apologie de la force à travers un éventail aussi large que varié de violence, de guerres, auquel se rajoute un monde où l’avidité et les ambitions individuelles sont de règle, ce qui conduit l’enfant à générer une angoisse plus ou moins intense quant à son développement vers l’age adulte. De plus, face aux nombreux constats alarmants, tant au niveau des sévices causés par l’homme à l’encontre de la Terre nourricière, ceux exercés sur la diversité de la faune et ceux que l’être humain exerce sur son semblable, l’apprentissage de valeurs oubliées sont aujourd’hui d’une nécessité absolue : coopération et reconnaissance des complémentarités à l’échelle du vivant. La pédagogie coopérative révèle à l’enfant les richesses, les énergies et la beauté du monde, qu’il offre gratuitement, généreusement à tout à chacun, abolissant ainsi l’idée que dans notre monde moderne, tout est marchandise.

« Eduquer c’est définir le mode de vivre ensemble et en même temps ouvrir l’esprit, donner à l’esprit l’espace de sa propre évolution, dans l’équilibre avec le groupe. »
Pierre Rabhi

En quoi cela peut transformer notre territoire?

Invariant n° 27 de la méthode Freinet: « On prépare la démocratie de demain par la démocratie à l’École. Un régime autoritaire à l’École ne saurait être formateur de citoyens démocrates. »

Quel impact sur le territoire ?

La suite…

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s