Les neufs coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Dans Rue89

Les neuf coups qui ont plombé le moral des profs sous Sarkozy

Nolwenn Le Blevennec | Journaliste Rue89

Flicage des profs et des élèves, manque de formation des jeunes enseignants : en matière d’éducation, le bilan des attaques portées à l’école depuis 2007 est sévère.


Nicolas Sarkozy dans une classe de Périgueux, le 15 février 2008 (Regis Duvignau/Reuters)

Mardi 28 février, le candidat Nicolas Sarkozy annonçait à Montpellier ses propositions pour l’éducation. Son bilan est pourtant difficile à vendre. Nicolas Sarkozy n’avait pas de grand dessein pour l’Education nationale, ni de bienveillance particulière. Il y a vu une source d’économies potentielles, et le Président a détricoté des « choses » qui marchaient plutôt bien, sans cohérence.

Le résultat : une baisse de vocation. Il y avait, selon RTL, 92 000 candidats au Capes en 2004, il n’y en avait plus que 28 000 l’an dernier. Presque 900 postes n’ont pas été pourvus en 2011. Des enseignants manquent en lettres, maths, anglais ou allemand.

Cette liste des coups portés à l’école n’est pas exhaustive ; elle a notamment été réalisée en relisant les articles et témoignages publiés sur Rue89 depuis mai 2007.

1 Les établissements se vident de leurs profs

C’est quoi ? Le fil rouge du mandat de Nicolas Sarkozy qui prévoie le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

Chaque année, les parents d’élèves se mobilisent contre les suppressions de postes dans des opérations « écoles mortes » (le Nord – Pas-de-Calais est très touché).

Selon nos calculs, cela fait près de 71 000 postes supprimés en cinq ans. En ajoutant les 8 701 suppressions de postes de la rentrée 2007, on arrive à un bilan de près de 80 000 sur l’intégralité du mandat – c’est le chiffre que tout le monde retient.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Classes surchargées, personnels déplacés ou qui partagent leur temps entre plusieurs établissements, embauche de contrats précaires…

En cinq ans, près d’un tiers de l’effectif total de Rased (Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) a aussi disparu. Un dispositif que la communauté éducative juge plus abouti que l’aide individuelle personnalisée (qui ignore les difficultés relationnelles ou sociales).

La suppression de postes se fait aussi au détriment de la scolarisation des moins de 3 ans – en forte baisse depuis dix ans.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non. Dans un entretien donné aux Echos, le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, juge « possible » de continuer à réduire le nombre de postes dans l’éducation après 2012 et n’écarte pas de recourir « à un organisme indépendant » pour l’évaluation des élèves.

2 Les jeunes étudiants sont propulsés dans les classes

C’est quoi ? Avant, un postulant aux concours devait avoir au minimum un bac +3 pour le Capes, et bac +4 pour l’agrégation. Après le concours, il effectuait un an de stage (6 à 8 heures par semaine en classe, le reste du temps en cours théorique à l’IUFM).

Depuis la rentrée 2010, il faut un niveau master (bac +5) pour se présenter. Les nouveaux masters aménagés comportent une part de théorie. Les stages pratiques (facultatifs) sont prévus en deuxième année de master, alors que les étudiants n’ont pas encore réussi le concours. Post-examen, ceux qui ont réussi sont propulsés à temps plein dans les classes.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Les jeunes profs sont « balancés » dans leurs classes sans savoir comment parler à leurs élèves (ils manquent de pratique et ne bénéficient plus en alternance des conseils de l’IUFM).

La réforme ne tient pas compte du rythme des étudiants, qui doivent valider leur dernière année de master, préparer les concours d’enseignants et faire des stages en même temps.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Oui, mais en pire.

La suite…

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s