Le Collectif de défense RASED du Blayais revient vers vous deux ans plus tard

Guy HERVÉ
Rééducateur du RASED de Bourg sur Gironde, auteur
8 rte de Compostelle, 33390 PLASSAC
06 73 50 35 89
à l’attention de Monsieur HOLLANDE et Monsieur PEILLON
Peut-être serez-vous amenés à gouverner dans les mois qui viennent. Tout au moins êtes-vous « en campagne » pour qu’il en soit ainsi.
De ma place d’enseignant spécialisé en RASED, structure dénigrée et décapitée par le pouvoir en place, je m’étonne de votre difficulté à saisir l’importance d’une telle question. N’y a-t-il pas là « pain béni » pour vous ? Cette affaire de suppression de postes RASED vous permettrait :
– de violemment critiquer le pouvoir en place qui s’en prend aux plus faibles (habituel) par le biais de leurs enfants (plus original)
– de violemment critiquer les mensonges qui accompagnent ces mesures : c’est l’histoire de la confusion « aide personnalisée » « aide spécialisée », très audible pour les parents, la population
– de violemment critiquer l’abandon de milliers d’élèves sans le moindre recours puisque sur nombre de secteurs, RIEN n’est substituable aux aides apportées par les maîtres spécialisés des RASED
– de violemment critiquer la politique sous-jacente à ces mesures puisque les « économies » réalisées sont si insignifiantes qu’il y a bel et bien volonté politique de destruction du système éducatif.
Je me permets de vous envoyer un court texte que je lirai demain, en pure perte de temps, à mon Inspecteur d’Académie dans le cadre d’une audition des personnels, élus et parents.
Vous y trouverez divers éléments significatifs, par le biais d’un exemple précis d’une destruction des RASED de ma Circonscription de Blaye.
J’exerce depuis trente ans dans l’éducation spécialisée, dont vingt ans dans la structure RASED. J’ai écrit ces dernières années plusieurs ouvrages sur les actions professionnelles conduites par les maîtres spécialisés RASED, dont « Intervenir en RASED », A. Colin préfacé par Ph. MEIRIEU et « Enfants en souffrance d’apprendre » préfacé par M. CIFALI, deux auteurs que vous connaissez sans nul doute. Fort de mon expérience, de mes connaissances sur ces sujets, je me tiens à votre disposition pour toute clarification souhaitable.
Voici donc le texte synthétique évoqué plus haut.
Cordialement
Guy HERVÉ
La réponse de Vincent Peillon :
Cher Monsieur Hervé,
Vincent Peillon a bien reçu votre message et vous en remercie.
Nous savons à quel point ce sont d’abord les élèves les plus en difficulté qui font les frais de la politique aveugle de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux menée depuis cinq ans et du démantèlement des Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED).
La lutte contre l’échec scolaire est au cœur des priorités définies par François Hollande pour l’école. Les RASED ont fait la preuve de l’efficacité de leur contribution à cette lutte. .
C’est pourquoi François Hollande s’est engagé à recréer 60 000 postes en cinq ans dans l’Education nationale : non seulement des enseignants – y compris spécialisés – mais également des éducateurs, des psychologues, des médecins scolaires… tous si indispensables au fonctionnement des dispositifs de type RASED.
Espérant avoir répondu à vos interrogations,

Cordialement,

L’équipe de campagne

Lettre à l’Inspecteur d’Académie :
Le Collectif de défense RASED du Blayais revient vers vous deux ans plus tard
Il y a deux ans, nous avions longuement protesté contre les mesures de suppressions en cours. Nous avions essayé d’alerter vos services sur les effets prévisibles de telles mesures. Nous ne venons pas aujourd’hui rejouer les augures de malheur mais bel et bien vous communiquer un constat. A savoir…
L’effet constaté des attaques contre les RASED sur un secteur
Sur le secteur rural de Bourg sur Gironde, moins de maîtres E, un seul rééducateur, la pratique intensive d’aide personnalisée : ce cocktail a produit les effets attendus en deux ans. A savoir :
– une augmentation des signalements et l’abandon en termes d’actions spécialisées de plusieurs écoles sur lesquelles notre effectif réduit depuis la rentrée 2011 ne nous permet plus d’intervenir,
– une multiplication exponentielle des équipes éducatives en quête de solutions adéquates souvent impossible à trouver compte tenu des ressources du secteur, on observe en effet…
– …une saturation des services de soins, six mois d’attente étaient nécessaires il y a deux ans, il faut désormais un an avant d’espérer obtenir une consultation dans un centre type CMP,
– un afflux massif d’aides proposées à l’extérieur de l’école, tout particulièrement vers les orthophonistes (seuls actes pris en charge par la sécurité sociale, avec les pédopsy). Ces professionnels sont saturés, plusieurs mois d’attentes et les indications restent inadaptées pour nombre d’élèves. L’externalisation de la difficulté scolaire produit des effets désastreux, surtout pour les plus défavorisés qui, à l’arrivée, n’ont plus aucune prise en charge !
De tels effets sont bien sûr plus sensibles encore sur l’ensemble de la circonscription de Blaye puisque les postes de spécialisés y sont plus rares qu’à Bourg.
En filigrane de ce climat désastreux sans nul doute y a-t-il à entendre une évaluation de l’aide personnalisée.
Des aides différentes pour des difficultés différentes
Pour les élèves en difficultés transitoires, l’aide personnalisée peut fonctionner.
Pour les élèves en difficulté profonde par rapport aux apprentissages, ça ne marche pas : il faut se tourner vers l’aide spécialisée pédagogique et ses remédiations si différentes du soutien.
Pour les élèves en difficulté d’adhésion aux apprentissages, sans désir d’apprendre, ce surcroît de scolaire de l’aide personnalisée s’avère nocif : il faut se tourner vers l’aide spécialisée rééducative et ses stratégies psychopédagogiques.
Pour les élèves en grave difficulté personnelle ou en situation de handicap, l’aide personnalisée est tout autant absurde : il faut se tourner vers l’aide des psychologues scolaires, vers d’autres structures.
Les suppressions envisagées
Vous envisagez 5 suppressions de maîtres E et la création d’un poste G : ces mesures aggravent la situation !!! Comme sur tous les autres secteurs du département, ces suppressions actent la fin du dispositif RASED.
Dans une telle pénurie, les interactions enseignants- psychologue scolaire-maître G-maître E ne peuvent quasiment plus exister : c’est la fin des concertations au fil desquelles des solutions étaient souvent dégagées pour les premières aides.
Dans une telle pénurie, faute de professionnels subsistant sur le terrain, la complémentarité des actions pédagogiques et spécialisées n’existera plus, à de rares exceptions près… Or le mieux-être, le mieux-apprendre d’un élève qui rencontre des difficultés à l’école reposent sur la complémentarité des actions des uns et des autres, toujours matérialisées dans des projets d’aide associant les familles.
Les effets désastreux constatés ces derniers mois vont donc s’amplifier sur le secteur de Bourg, sur la circonscription de Blaye, sur tout le département si les suppressions de maîtres E sont actées. Tous les professionnels de notre circonscription sont catastrophés par l’annonce de telles mesures et vous demandent, au nom des élèves les plus défavorisés, de renoncer à cette destruction du dispositif RASED.
Publicités
Cet article a été publié dans Mobilisations, Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s