Suppressions de postes : le SNUipp-FSU lance une alerte sociale.

Dans site du SNUipp-FSU du 2 janvier 2012

Suppressions de postes : le SNUipp-FSU lance une alerte sociale.

2 janvier 2012

La répartition académique des 5 700 suppressions de postes d’enseignants dans le primaire qui sera à nouveau présentée, lors du CTM du 4 janvier prochain, sonne le début des opérations de carte scolaire.

Courant janvier, ces suppressions seront réparties département par département. Les Inspecteurs d’académie vont alors devoir faire connaître aux enseignants, aux parents et aux élus la nature des postes appelés à disparaître à la prochaine rentrée.

Rased, enseignants remplaçants, conseillers pédagogiques et intervenants en langues sont dans le collimateur. Dans les écoles qui attendent des élèves supplémentaires, les ouvertures de classes seront impossibles et la scolarisation des moins de trois ans va poursuivre sa mort lente. La mise en œuvre de cette politique laissera des élèves en difficultés sans aide spécialisée, des classes sans remplaçants, des classes encore plus chargées. Le recours à des contractuels, enseignants précaires, déjà utilisés dans quelques départements, pourrait être étendu.

Cette situation est dévastatrice pour les élèves et leurs enseignants. Puisque la loi prévoit l’alarme sociale(1) pour le premier degré, le SNUipp-FSU sonne l’alerte ! Dans tous les départements, il décide de déposer l’alarme sociale pour contraindre les Inspecteurs d’académie à ouvrir des discussions sur les mesures de carte scolaire. A cette occasion, le SNUipp-FSU demande à nouveau la suspension des suppressions de postes. Les sections départementales du SNUipp-FSU feront part aussi des besoins spécifiques de leur département pour que toutes les écoles aient les moyens de travailler à la réussite de tous les élèves. Le SNUipp-FSU rendra publiques les discussions département par département.

Le SNUipp-FSU va également proposer aux autres organisations syndicales et à l’ensemble des partenaires de l’école, de construire un mouvement unitaire (grève, manifestation nationale…), dès le début 2012, pour une autre politique budgétaire pour l’école.

Paris, le 2 janvier 2012

( 1 ) L’article 3 de la loi n° 2008 – 790 du 20 août 2008 sur le droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire prévoit la mise en place d’une alarme sociale préalable à tout conflit social pour les personnels enseignants du premier degré. Afin de prévenir les conflits, un préavis de grève concernant les enseignants du premier degré ne peut désormais être déposé par une ou plusieurs organisations syndicales qu’à l’issue d’une négociation préalable dont l’organisation incombe à l’État.

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s