UMP : nouveau statut des enseignants

Ensortantdelecole : Pourvu que l’UMP ne passe pas en 2012…

Au programme :

– l’accompagnement tutorial « volontaire »

– évaluation des enseignants par le chef d’établissement

– un « responsable disciplinaire » dans les établissements qui participeraient à l’évaluation des jeunes enseignants

– autonomie des établissements scolaires avec possibilité pour les proviseurs, principaux et directeurs d’écoles, de recruter leurs enseignants

– les directeurs vont (enfin) devenir chefs !

– du « collège unique » au « collège pour tous », c’est-à-dire des filières professionnelles dès 14 ans

– pour les 2-3 ans, encourager les jardins d’éveil (entre crèches et maternelles)

– anglais dès 3 ans !

etc, etc…

Dans le mammouth dechaine du 8 novembre

UMP : nouveau statut des enseignants

08/11/11 15:00

* Programme UMP pour l’école. C’est parti pour un nouveau corps de professeurs ?

Et de reprendre des propositions que l’on trouve à la CFDT et à l’UNSA… Comme quoi…

AFP – L’UMP, qui orga­nise ce mardi après-midi une conven­tion sur l’éducation, veut « revoir » les « obli­ga­tions de ser­vice » des ensei­gnants via « un nou­veau sta­tut » pour inté­grer dans leurs mis­sions « l’accompagnement » (tutorat…).
« Il faut réflé­chir à un nou­veau sta­tut des ensei­gnants qui per­mette d’intégrer dans les mis­sions des ensei­gnants non seule­ment les cours mais l’accompagnement: tuto­rat, orien­ta­tion, concer­ta­tion », peut-on lire parmi les 30 pro­po­si­tions qui seront ren­dues publiques lors de cette conven­tion « Du savoir pour tous à la réus­site de chacun ».

Cette redé­fi­ni­tion des mis­sions des ensei­gnants « pour­rait abou­tir », sug­gère le parti pré­si­den­tiel, à « la créa­tion d’un nou­veau corps qui concer­ne­rait les can­di­dats à l’actuel Capes et qui serait ouvert aux pro­fes­seurs cer­ti­fiés en exer­cice, sur la base du volontariat ».

L’UMP pré­co­nise aussi la mise en place d’une évalua­tion des ensei­gnants « par le chef d’établissement », s’appuyant sur « une dimen­sion qua­li­ta­tive », « qui mesu­re­rait leur capa­cité à faire pro­gres­ser les élèves ».

Dans les « grands établis­se­ments », un « res­pon­sable dis­ci­pli­naire » ou « chef de dépar­te­ment pour chaque ensemble dis­ci­pli­naire », dési­gné parmi les ensei­gnants, « pour­rait ani­mer l’équipe de pro­fes­seurs de sa dis­ci­pline et par­ti­ci­per à leur évalua­tion ». Ce res­pon­sable accom­pa­gne­rait les jeunes ensei­gnants « au début de leur par­cours » et « serait le res­pon­sable du tra­vail en équipe au sein de la discipline ».

Après la réforme de l’autonomie des uni­ver­si­tés, l’UMP entend ren­for­cer « l’autonomie » des établis­se­ments sco­laires avec la pos­si­bi­lité pour le prin­ci­pal et le pro­vi­seur, « mais aussi, à terme, le direc­teur d’école », de « recru­ter libre­ment » son équipe ensei­gnante et d’administration.

* Mais aussi, tout ce qui court depuis plusieurs années :
(suite de l’AFP)

Elle veut en outre don­ner un « sta­tut juri­dique » aux établis­se­ments de pre­mier degré et à leur direc­teur pour per­mettre « une ges­tion péda­go­gique moderne et efficace ».

Parmi les autres mesures, l’UMP confirme sa volonté d’allonger l’année sco­laire de « deux semaines », à nombre total d’heures de cours constant, de rendre obli­ga­toire, après concer­ta­tion, « la semaine de quatre jours et demi » et de pas­ser du col­lège unique au « col­lège pour tous », avec « une plus grande per­son­na­li­sa­tion des par­cours » (par exemple des « classes métiers-études dès 14 ans », à l’image du sport-études).

Au lycée, tous les cours pour­raient être sup­pri­més le samedi matin. Afin d’instaurer une « vraie mixité sociale » à l’école, l’UMP veut expé­ri­men­ter des établis­se­ments sco­laires par classes (exemple: un col­lège avec des 6e et 5e et un autre regrou­pant tous les 4e et 3e de l’agglomération).

Pour les plus petits, l’UMP veut, pour les deux-trois ans, « encou­ra­ger la créa­tion de jar­dins d’éveil », des struc­tures inter­mé­diaires entre la crèche et l’école mater­nelle, rendre l’assiduité « obli­ga­toire » pour les élèves de mater­nelle et encou­ra­ger l’apprentissage de l’anglais dès trois ans.
Pour les étudiants, l’UMP pro­pose de créer « un prêt à taux zéro » d’un mon­tant maxi­mal de 20.000 euros, « à rem­bour­se­ment dif­féré » et en fonc­tion du revenu.

On attend avec impatience les propositions socialistes… pour voir si elles sont franchement différentes.

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s