Besançon, la tribune des parents en colère

Rappelez-vous la video que j’avais postée : « rentrée 2011 : école en danger par le collectif parents-enseignants du Doubs ».

Du nouveau dans l\’est républicain du 27 septembre :

Besançon : la tribune des parents en colère

« L’envie d’une démocratie plus participative ! » Photo Arnaud CASTAGNÉ« L’envie d’une démocratie plus participative ! » Photo Arnaud CASTAGNÉ

Haute-Savoie, Puy-de-Dôme, Lot, Finistère, Lyon, Limoges, Alsace, Villefranche-sur-Saône ou encore Belfort, au total dix-sept collectifs de parents d’élèves et d’enseignants du primaire ont contresigné la « Tribune » publiée hier, à la veille de la manifestation nationale, par le journal « Libération » et rédigée cet été par le collectif Parents et enseignants en colère du Doubs (PEC25).

Ils avaient annoncé lors d’un ultime rassemblement à la porte des vacances d’été qu’ils seraient présents à la rentrée, c’est fait. « Nous parents d’élèves, enseignants et citoyens soucieux de l’avenir du système éducatif, voulons soustraire l’école aux seules considérations budgétaires et rappeler aux candidats à l’élection présidentielle que nous sommes très attentifs à leur projet pour le service public d’éducation. »

Le propos est clair, la dernière carte scolaire, ressentie comme une véritable coupe claire dans le système éducatif, a laissé des traces pour longtemps. « On n’a eu aucune écoute en tant que citoyens. Lors de nos manifestations nous avons été reçus comme des délinquants par des CRS », souligne Séverine Simon, l’une des porte-parole du collectif. Et ce qui a été intéressant dans cette démarche c’est « que l’on a rencontré la même envie de la part des autres collectifs d’une démocratie plus participative et pas seulement sur la question de l’école », ajoute Sandrine Vieillard.

Si un embryon de réseau intercollectifs s’est créé au cours de l’été, ce n’est pas un hasard. « À travers ce lieu incubateur du collectif, on a ressenti un besoin d’expression politique et une vraie légitimité à exprimer nos idées avec force. C’est aussi cela que veut dire cette tribune. Nous nous sommes aperçus que les collectifs que nous avons pu contacter, et il y en a certainement beaucoup d’autres, avaient entrepris la même démarche que la nôtre, émettaient les mêmes protestations et fonctionnaient comme nous en réseau avec les outils que nous donne l’internet. »

Le collectif bisontin estime avoir ainsi mesuré l’état des forces en présence sur le territoire national et s’attend à ne pas en rester là ; « c’est clairement un tremplin pour les actions futures ».

« Une société qui malmène ainsi son éducation, qui ne la pense que comme un gouffre budgétaire, est une société qui se condamne : le coût social de ce désinvestissement de l’État à l’égard de ses enfants risque d’être fort élevé. On peut parier que l’échec scolaire ne fera que s’accentuer, que les problèmes comportementaux à l’école et en dehors de l’école seront multipliés, que les inégalités sociales ne feront que se creuser, excluant encore d’avantage les plus fragiles », poursuit la tribune. Télécharger ici la tribune dans son intégralité

Pour rentrer dans la page de Libé, il a fallu bien sûr expérimenter la rigueur éditoriale. « On a dû réduire des deux tiers. L’argumentaire a un peu cédé la place à une succession d’affirmations mais l’essentiel est là ! »

Fred JIMENEZ

 

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s