Rentrée scolaire : la Pentecôte est raide

Dans le blog de Luc Cédelle , journaliste éducation au Monde.

Rentrée scolaire : la Pentecôte est raide

Il y a la rentrée-marronnier, que tous les médias se doivent de couvrir. La rentrée des communicants qui nous servent le concept du moment. La rentrée des commentateurs, dont je suis. Et la rentrée tout court dont, en m’effaçant provisoirement, je présente ici un échantillon, en donnant la parole à Véronique Decker, directrice de l’ école Marie-Curie à Bobigny (Seine St-Denis).

Toute cette année scolaire qui commence, Véronique Decker va tenir une chronique de la vie dans son école, à travers un blog, sur une plate-forme encore en cours de constitution. Voici son premier billet, qui vous mettra tout de suite dans l’ambiance. Un contrepoint authentique et de terrain aux conférences de presse officielles. L.C.

Avenue Karl-Marx, Bobigny, à côté de l’école


Au moment où je commence à écrire ces lignes, nous sommes le vendredi 2 septembre 2011 et hier, jeudi, c’était en fait le lundi de Pentecôte… Mais oui ! Ce lundi qui est désormais travaillé et qui peut être placé n’importe où dans l’année…

Pour éviter de faire venir les enseignants devant des classes à demi vides, le lundi de Pentecôte peut être délocalisé à diverses dates, au choix, en Seine Saint Denis et dans beaucoup d’académies : soit nous rentrons la veille de la pré rentrée pour faire une « pré-pré-rentrée », soit nous faisons deux mercredi après midi en septembre de réunion de « post-pré-rentrée ».

L’affaire avait été lancée par Jean-Pierre Raffarin, premier ministre de mai 2002 à mai 2005 et auteur de l’immortelle sentence soulignant que « la route est droite et la pente est raide ».

Il paraît que ce jour férié travaillé a rapporté un peu d’argent à l’Etat, même si je cherche encore l’amélioration de la vie des personnes âgées liée à cette décision. Mais j’avoue ne pas être spécialiste de ce dossier.

Et surtout, ce qui m’occupe pour l’instant est la vie des actifs précaires dans l’Education nationale.

Une vie où la pente est abrupte.

En effet, à peine la réunion traditionnelle commencée (celle où au milieu de miettes de croissants on se partage les espaces de gym, les plages de bibliothèque, les « services » de surveillance de cour de récréation et les vacations d’étude…) le téléphone sonne.

« Un service de l’Inspection Académique » souhaite me parler, annonce la gardienne du groupe scolaire.

Sans même songer à prendre le temps de se présenter,  une voix anonyme et pressée m’annonce que l’ensemble des assistants de notre école – soit trois personnes : ma secrétaire et deux assistants de vie scolaire – doit quitter les lieux sur le champ, car « leurs contrats ne sont pas renouvelés ».

Ils sont donc, dans ces termes choisis et néanmoins obscènes, virés.

Nous étions déjà au courant qu’il nous faudrait nous séparer de deux autres personnes, deux assistants d’éducation. Cela nous avait peinés, car l’un souhaite devenir éducateur de jeunes enfants, et attendait le concours d’entrée dans des écoles de formation d’Aubervilliers ou de Noisy-le-Grand et l’autre souhaitait passer le « concours troisième voie » pour devenir professeur des écoles. En effet, au vu du nombre d’assistants d’éducation et de précaires divers arrivant en fin de contrat, les services de DRH du département ont proposé un accès au concours de professeur des écoles pour tous les gens qui ont travaillé 5 ans en contrat de droit privé, sans nécessité d’avoir un master.

Résultat de notre cadeau-surprise : nous passons en termes de personnels de « moins 2 » attendus à « moins 5 » sûrs. Que dis-je ? « Moins 5 et demi » puisque nous avions aussi perdu un demi-poste d’enseignante d’aide contre la difficulté scolaire. Mais cette information-là était arrivée en mai.

J’entends bien que les nouveaux programmes ont restauré l’apprentissage de la soustraction dès le début du cycle 2. Mais je n’avais pas capté tout de suite que c’était pour nous aider à compter les personnels d’année en année.

Effet attendu : les personnes concernées, qui ne sont pas des personnes abstraites, sont atterrées. Gagnant 600 euros environ par mois, alors que le loyer d’un studio ici frise les 500, aucune d’entre elles n’a de marge pour passer l’automne.

Effet inattendu : dans notre cantine, qui nécessite 8 vacataires chaque jour pour fonctionner et pour qu’y soient encadrés les 180 enfants qui y déjeunent, 5 étaient justement ces assistants (cela augmentait un peu leur paye et certains parvenaient même à frôler le SMIC).

Du coup, comme il en est de même pour toutes les écoles de la ville, et comme la mairie n’a pas non plus été prévenue à l’avance, il risque d’être difficile d’ouvrir toutes les cantines lundi. Ou alors, ce sera dans une joyeuse débandade et un abandon des règles de vie, car ici, dès que l’encadrement s’allège, c’est tout de suite l’ambiance qui pèse.

Hommage (devrais-je dire « femmage » ?) : pendant quatre ans, j’ai eu une femme formidable comme assistante de direction.

Elle m’a aidé dans toutes sortes de tâches, comptant les rationnaires, appelant les vacataires, photocopiant toutes sortes de documents, se souvenant de ce que j’oubliais et organisant la salle des maîtres (où elle avait son bureau) avec amicalité, énergie et compétence.

Elle fait partie des « précaires » jetés hier. Les larmes me montent aux yeux en pensant à elle, qui a encore un ado à charge et juste quelques mois à attendre pour boucler une retraite méritée.

Si vous croisez ceux qui ont pris la décision de « ne pas renouveler les contrats », dites leur de ma part que…

Non, ne leur dites rien, et ne leur faites rien non plus. Luc Cédelle, le journaliste qui m’aide bénévolement à faire ce blog, m’a rappelé aux principes de la responsabilité éditoriale. Mais ma colère est immense….

Il m’a aussi rappelé – mais je ne l’avais pas oublié – qu’il y avait toute une année à tenir.

Véronique Decker

Publicités
Cet article a été publié dans Tout ce qu'il faut savoir sur l'Ecole. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s